ETIKA F

CHARLES DE FOUCAULD 

www.etika.com
25.7.2001

12CF21

Un résumé de ma vie

Lettre au R. P. Guérin

Béni-Abbès, 30 septembre 1902.

Vous me demandez un résumé de ma vie - au spirituel, au temporel, de toute manière. Un mot peut la résumer : je me conferme en tout - de mon mieux - (complètement est impossible, étant seul) - au règlement qui est entre vos mains.

Lever à 4 heures (quand j´entends le réveil sonner; ce n´est pas toujours), Angélus, Veni Creator, Prime et Tierce, Messe, action de grâces.

A 6 heures, quelques dattes ou figues et discipline.

Tout de suite après, une heure d´adoration du Très Saint Sacrement.

Puis le travail manuel (ou l´équivalent : la correspondance, des copies de diverses choses, extraits d´auteurs à conserver, lecture faite à haute voix ou explication du catéchisme à l´un ou l´autre) jusqu´à 11 heures.

A 11 heures Sexte et None, un peu d´oraison, examen particulier jusqu`à 11 h. 30, à 11 h. 30 dîner

Midi: Angelus et Veni Creator (ce dernier est chanté : vous rirez quand vous m´entendrez chanter ! Sans le vouloir j ´ai certainement inventé un air nouveau).

L´après-midi est tout entière au bon Dieu, au Saint Sacrement sauf une heure consacrée aux causeries nécessaires, réponses données ici et là, cuisine, sacristie, etc... Nécessités de ménage et des aumônes. Cette heure se répartit sur toute la journée ; de midi à midi et demi : adoration, de 12 h. 30 à 1 h. 30 : chemin de Crois, quelques prières vocales, lectures d´un chapitre de l´Ancien et d´un chapitre du Nouveau Testament, d´un chapitre de l´Imitation et de quelques pages d´un auteur spirituel (Sainte Thérèse, Saint Jean de la Croix, Saint Jean Chrysostome se succèdent perpétuellement), de 1 h. 30 à 2 heures: méditation écrite du Saint Évangile, de 2 heures à 2 h. 30 : théologie morale ou dogmatique, de 2 h. 30 à 3 h. 30 : c´est le moment où je fais la lecture à un jeune nègre de quinze à seize ans que j´ai depuis quinze jours et qui dit vouloir se convertir. ... de 3 h. 30 à 5 h. 30: adoration : c´est le meilleur moment de la journée après la Messe et la nuit : le travail est fini et je me dis qu´il n´y a plus qu`à regarder JÉSUS ... C´est une heure pleine de douceur.

A 5 h. 30 : Vèpres.

A 6 heures : collation. Paul (mon enfant de 15 ans, et Abdjesu mangent avec moi le soir sur une natte, au milieu de la cour ; à 10 h. 30 ils dînent et je leur lis pendant le repas (Évangile et catéchisme) ; à 3 heures : ils goûtent et je leur parle du bon Dieu, leur lis un peu d´histoire sainte pendant le goûter. Aussitôt après la Messe le matin, ils prennent leur premier repas.

A 7 heures : explication du Sainte Évangile à quelques soldats, prière et bénédiction du Très Saint Sacrement avec le Saint Ciboire, suivie de l´Angelus et du Veni Creator. Puis les soldats partent, après une petite conversation en plein air, les enfants s´endorment, je récite le Saint Rosaire - et je dis Complies (si je n´ai pu le dire avant la petite explication du Saint Évangile) et je m´endors à mon tours, vers 8 h. 30.

A minuit je me lève (quand j´entends le réveil) et je chante le Veni Creator, et récite Matines et Laudes : c´est encore un moment bien doux ...

Seul avec l´Epoux dans le profond silence, dans ce Sahara, sous ce vaste ciel, cette heure de tête à tête est une douceur suprême : je me recouche à 1 heure. J´ai besoin de sommeil, vous le voyez ; beaucoup plus qu´il y a quelques années : je marche à reculons. Je me couche tôt pour me réveiller ; si je ne me couche pas de bonne heure aucun réveil ne me réveille et tous les exercices de la journée se trouvent déplacés.

Je mange très suffisament : ma cousine de Bondy m´envoie 10 fr. par mois à condition que je les mange, moi. J´ai accepté l´aumône et la condition ; mon menu est : à midi, tantôt du couscous, tantôt du pain, avec du lait de conserve, le soir, du pain et du café noir.

Il y a dans la garnison des officiers, un Capitaine, le médecin-major,d´autres encore qui sont très gracieux, très bons pour moi, qui me comblent de prévenances ; chaque soir ils m´envoient du café noir et un plat de légumes, chaque matin un pain, les jours de fête cent friandises;

Je me suis touhours admirablement porté ; une seule fois j´ai eu un peu de fièvre pendant quatre ou cinq jours ; immédiatement tout a afflué à la fraternitè : le médecin-major avec ses conseils et ses remèdes, tout le lait des chèvres des officiers et sous-officiers, confitures, café, thé, que sais-je : j´ai été bien reconnaissant et touché ...

Comment AIHS: Et quand la télévision?

Index francais