ETIKA F

GUERRE MONDIALE III

www.etika.com
8.3.2003

95K3I

L'agression militaire sur l'Irak

Merci, ...

Tip: Enthüllendes Buch, von einem Autorenkollektiv geschrieben, kommt aus Kanada.
Livre jaune N° 5
http://www.leseditionsfelix.com/

 

Traduction indymedia - Proposition contre la guerre :

Non ! Plus de guerres pour pétrole, plus de guerres pour le consumerisme !

1ère GRÈVE GÉNÉRALE INTERNATIONALE DES CONSOMMATEURS, le 13 mars.

L'assemblée de la plate-forme "Aturem la Guerra" à Barcelone, jeudi, le 27 février

 

Encourager le débat de toutes les plate-formes et les campagnes qui répondent à l'assemblée internationale de coordination contre la Guerre du 1 et 2 mars à Londres. Et pour tous les groupes qui peuvent être intéressés....

 

Après le 15 Février un débat a été amorcé sur quelles grandes actions peuvent maintenant aider à maintenir ou augmenter la pression pour arrêter la guerre.

Il semble que les propositions qui prennent le plus de force, dans la structurede la Plate-forme Aturem la Guerra à Barcelone, sont une consultation Sociale contre la Guerre et une Grève générale.

 

De fait, il faut garder à l'esprit que celles-ci sont des actions très valables, mais qu'elles ont besoin de beaucoup de préparation, je veux ajouter une autre idée qui est peut-être une action de pression qui peut être organisée plus rapidement et qui peut peut-être les précéder, pour essayer d'ARRÊTER L'ATTAQUE, avant tout bombardement massif.

Nous savons tous que quand commencent les bombardements, il est très difficile d'arrêter quoi que ce soit avant quelques mois, avec la situation horrible de mort et la destruction qui serait déjà inévitable.

 

Considérant cela, beaucoup d'efforts doivent être faits pour concentrer une pression maximale AVANT la diffusion des images des bombardements à la TV, dans ce sens la date du 14 mars, la date de la prochaine réunion décisive du Conseil de Sécurité des Nations Unies est une date clef.

 

Là ils peuvent décider, après les nouveaux rapports des inspecteurs de l'ONU, une date officielle du début de l'Agression militaire sur l'Irak. Elle peut être menée par quelques pays unilatéraux ou avec "un consensus" plus large.

 

Pour cela la proposition serait d'organiser 1er La GRÈVE GÉNÉRALE INTERNATIONALE DES CONSOMMATEURS, le 13 MARS, le jour précédant la réunion du conseil de Sécurité des Nations Unies. Cela deviendrait donc un nouvel outil de pression qui les forcera à bien réfléchir à ce qu'ils décideront ce jour là.

 

UNE GRÈVE GÉNÉRALE DES CONSOMMATEURS CONTRE LA GUERRE peut être un outil superbe tout de suite pour les raisons suivantes :

 

Ø     elle se focalise sur les vraies causes de l'agression militaire qui se  prépare : le pétrole. Le pétrole, comme l'énergie non-renouvelable,  est un des éléments clefs et des symboles de l'actuel système capitaliste  non durable.
Non ! Plus de guerres pour pétrole, plus de guerres pour le consumerisme. Dans ce sens la grève peut être, en plus d'un outil de pression, un outil  éducatif.

 

Ø     Réduire au minimum la consommation, c'est se lancer dans des formes de  pression qui comprennent qui décide : l'économie. Si les grands groupes  transnationaux estiment qu'ils ont plus à perdre qu'à gagner avec cette  guerre, ils seront les premiers à faire pression sur les gouvernements  pour abandonner l'idée.

 

Ø     Une grève de la consommation est une action à laquelle n'importe quelle  personne peut participer. Retraité, étudiants, familles, chômeurs. De la même  manière que la manifestation du 15 février a été une occasion pour que chacun  puisse exprimer son refus, la grève de consommation en est aussi une.

 

Ø     En n'affectant pas la poche des classes basses et moyennes et en étant une  initiative de citoyen que chacun peut assumer à son niveau individuel,  l'appel peut être lancé plus rapidement et être fait avant le 14 mars.  Il n'y a besoin non plus des grands consensus qui sont nécessaires pour la  grève générale traditionnelle des ouvriers, mais cela peut être un premier  avertissement pour que la grève suivante soit intégrale, ouvriers et  consommateurs en même temps.

 

Ø     La participation des mass-médias comme des éléments pour diffuser la  proposition est une question clef pour qu'une initiative de ce type puisse  être annoncée et être suivie. Dans ce sens l'expérience du 15 février nous  donne assez de garanties que cela peut arriver.

 

Une proposition concrète, dans le contexte européen et international, pour que l'on puisse proposer cela à la réunion de 1 et 2 de mars à Londres, serait quelque chose comme ce qui suit :

 

Lancer la Grève Générale de consommateurs en Espagne, en Italie et en Angleterre. Les trois pays, où d'une part les gouvernements soutiennent la position de Bush, et d'autre part ils ont certains des mouvements les plus forts contre la guerre.

 

Si nous pouvons avoir aussi une Grève Générale intégrale aux Etats-Unis, bien que cela dépende sur leur degré de participation à l'assemblée à Londres et s'ils peuvent l'assumer.

 

La grève de consommateurs dans les autres pays avec comme thème minimum le thème du pétrole, "un jour sans acheter d'essence et sans voitures" et aussi les produits des multinationales des Etats-Unis, d'Angleterre, d'Italie et d'Espagne.

 

La Grève Générale de consommateurs, se focaliserait sur les choses suivantes :

 

Ø     Une journée sans voitures et par dessus tout sans acheter d'essence (ohne Autos, nicht tanken)

Ø     Journée sans achat, attention particulièrement dans les grands magasins (keine Einkäufe in Kaufhäusern)

Ø     Journée sans utiliser les services bancaires ; la carte de crédit on peut la laisser à la maison. (ohne Kreditkarte)

Ø     Journée d'auto-réduction de la consommation électrique, qui serait visible par exemple, avec deux heures d'extinction générale des lumières. (Reduzierung des Stromverbrauchs)

 

Première heure à 24.00 heures comme début du jour de grève et d'autre part de 21.00  à 22.00 le soir comme culmination de la journée.

 

Ø     Journée sans téléphones mobile. Personne n'appelle un mobile personne avec    son mobile. (keine Handys)

Ø     Journée de grève des étudiants, à comprendre comme journée "sans consommation de connaissance". Étant donné que l'université utilise  toujours des services, les étudiants arrêtent aussi de consommer ces services. (Uni-Streik)

 

La Grève générale des ouvriers et des consommateurs en même temps, serait annoncée en parallèle, comme une menace à laquelle on est parvenu par consensus et décidés à appliquer si l'attaque commence.

 

Les plate-formes diverses contre la guerre seraient par conséquent amenées à encourager et accompagner cette grève par :

 

 - l'organisation de "piquets" d'information (english : picket, deutsch Tafeln mit Plakaten, ideal: „Sandwichman“ mit Plakat-Tafeln vorn und hinten, vor Supermärkten) . Particulièrement aux entrées des supermarchés et stations d'essence  - Là où il y a assez d'énergies, le blocus de certaines des voies principales    d'entrée aux grandes villes.

 - Les activités de participation et de consultation sur la guerre.

   Dans ce sens on utiliserait la proposition de consultation comme l'outil    de débat dans la rue. Cette idée s'appliquerait de telle façon que, dans    les quartiers, la rue, pendant un jour, arrête d'être un espace non durable    de consommation, pour devenir un espace de participation.

 - Culminer la journée avec des activités le loisir alternatifs et non    consumeristes. Des festivals gratuits dans les squats, des Concerts contre    la guerre sur les places des quartiers et des cités, etc..

 

Par un autre côté cette 1e Grève générale des consommateurs contre la guerre, serait accompagnée de la menace que, si l'agression militaire sur l'Irak commence,la grève sera répétée deux fois par semaine chaque jeudi, jusqu'à ce qu'ils arrêtent; avec la possibilité qu'une de ces grèves soit aussi une grèves des ouvriers eux-mêmes, pour arrêter aussi les moyens de production.

 

Un dernier point pour ajouter que les Grèves de Consommateurs sont un outil indispensable dans ces temps et que la force du mouvement anti-guerre est une occasion unique de les populariser comme outil de lutte, à utiliser dorénavant quand le besoin et les conditions surgissent.

 

Source: Indymedia (Independent Media Center).

 

A diffuser largement si affinités.

jlf

Index francais